Solidarité

Solidarité locale et international

Le séminaire de jeunes de Walbourg est une école catholique d'enseignement. Découvrir le monde, ouvrir les jeunes à  toute l'humanité qui les entoure, les mettre en lien est un des objectifs. 
Pour faire vivre la charité, l'équipe d'animation pastorale a tissé un lien local avec Caritas Secours Catholique, et sa boutique sociale de Woerth, et beaucoup plus loin avec le village d'Imago au Burkina Faso. Découvrez ces deux projets...

Burkina Faso 2015

Chaque été depuis 10 ans, un ensemble d'élèves de 1ère et de Terminale partent au Burkina durant les vacances, accompagnés par quelques professeurs de l'établissement. Le projet, humanitaire avant tout,  est piloté par Monsieur Olivier Combeau, professeur de SVT. Le programme est très chargé sur place car les élèves vont donner des cours à des classes de plus de 50 enfants passionnés et enthousiastes à l'idée de travailler à l'école...! Ils vont également animer un centre aéré, donner des cours d'alphabétisation aux jeunes femmes mariées qui n'ont pas eu la chance d'aller à l'école, et, entre autre,  poursuivre la construction de salles de classe. Chacun paye son billet d'avion et l'engagement de ces jeunes est exemplaire. Vous pouvez les aider en faisant un don car leur projet mérite notre soutien ! Pour plus de renseignements, voir les articles de ce blog sur le Burkina Faso.








Caritas Boutique de Woerth



Le séminaire de jeunes a un lien particulier avec la boutique alimentaire de Woerth. Depuis 1998, les collégiens soutiennent cette dernière notamment avec une vente de nougats dont le bénéfice revient entièrement à la boutique sociale. Découvrez ce partenariat sur les articles du blog.


Des liens se renforcent  avec le Burkina Faso

pour découvrir l'actualité récente sur la solidarité cliquez ici
C’est une nouvelle équipe constituée d’élèves actuels et anciens du Séminaire de Jeunes de Walbourg qui a eu l’occasion de rencontrer L’Abbé Jean Ouedraogo. Ce prêtre, actuel directeur du Grand Séminaire de Ouagadougou, la capitale du pays, est  effectivement  la cheville ouvrière et le coordonnateur du projet humanitaire que des lycéens walbourgeois  mènent maintenant depuis sept ans. De passage en Alsace, c’est au cours d’une réunion improvisée au dernier moment que ce religieux originaire d’Imasgo  a pu brosser un tableau réaliste de son pays, l’un des plus pauvres au monde,  car pratiquement  sans aucune ressource.
Ce groupe de jeunes, dont trois sont des « récidivistes », va œuvrer à l’une des priorités  du pays : l’éducation. Ils vont partir 5 semaines en brousse pour assurer des cours de vacances (pendant quinze jours)  à près de 500 collégiens de la 6ème à la 3ème, ainsi qu’à quelques lycéens fidèles à ces séances de révisions et d’approfondissement depuis le début. Ils vont aussi animer un centre aéré (pendant une semaine) pour les plus jeunes qui n’ont guère l’occasion de s’amuser ou de bricoler, dans un village dont l’activité principale est l’agriculture de survie. 
Tous ces « enseignants en herbe » devront,  en outre, donner une ossature et de la consistance à ce projet,  à la fois modeste et ambitieux, en collectant des fonds pour construire une école (le 6ème bâtiment scolaire construit par le Séminaire de Jeunes à Imasgo),  et offrir des fournitures scolaires aux enfants auxquels ils donneront des cours.  Ce matériel élémentaire indispensable pour aller à l’école permettra de soulager financièrement les parents pour la majorité desquels  cette dépense est inenvisageable  et sans lequel  la scolarisation est impossible. 
En plus des différents petits projets locaux et des aides diverses, c’est un budget de 40 000€ que les jeunes devront réunir d’ici  le 12 juillet, date du départ pour l’Afrique de l’Ouest. Olivier Combeau, professeur au séminaire, et principal organisateur de cet échange humanitaire précise : « Il faut noter que le coût du voyage et les dépenses nécessaires à la vie quotidienne sur place sont intégralement supportées par les élèves qui partent ou leurs parents ; ce qui traduit la motivation forte et la grande générosité de ces acteurs de ce projet.»
Olivier Combeau

Aucun commentaire:

Publier un commentaire