mercredi 22 novembre 2017

Pastorale des lycéens

Taizé lieu de rencontre de jeunes

Taizé, la petite colline Bourguignonne est familière à de nombreux jeunes alsaciens. La commission jeunes de la zone pastorale de Haguenau, tout comme le séminaire de jeunes de Walbourg en ont fait un lieu d’étape annuel pour les chrétiens lycéens.

Ce petit village aux maisons en pierres jaunes, qu’a-t-il de particulier pour accueillir tant de jeunes au fil des années ? La communauté des frères de Taizé, fondés par frère Roger, en ont la recette. En pleine campagne, les centres d’intérêts partagés avec les jeunes par les frères sont plus que singulier.  Ils proposent trois temps de prière, inspirés de la liturgie des heures, et deux temps de partage d’Evangile. « Ce qui est énorme ici, c’est surtout les rencontres qui sont facilités. Ici, les préjugés se sont envolés. On parle facilement avec tous ceux qu’on croise. Au lycée c’est différent, on se jauge, et cela ne donne pas toujours lieu à la rencontre » raconte Maëlle qui est en classe de première.


L’ambiance est donc paisible à Taizé et la discussion semble facilitée dans tous les domaines. « Ici on peut parler de tout. La foi n’est pas un sujet tabou. On peut exprimer ses convictions, ses doutes. D’autres jeunes partagent le même questionnement dans ce domaine ou pour d’autres réalités. » raconte Mathilde qui est en terminale au séminaire de jeunes.
La simplicité des lieux, la sobriété de la vie dans les petites baraques qui accueillent des dortoirs de six à huit jeunes est sans doute un autre ingrédient qui permet à chacun de se sentir à l’aise. Les plus grands, en plus des rencontres bibliques sont invités à un service de deux heures dans la journée, permettant de faire fonctionner les lieux. Ainsi, les jeunes de la zone de Haguenau et de Walbourg étaient en charge de la propreté des sanitaires chaque matin, pendant que d’autres étaient de vaisselle. « Ici nous rendons le service dans la bonne humeur. Chacun met la main à la pâte – raconte Nina – et du coup le tout se fait dans la bonne humeur. » Les permanents ont d’ailleurs une belle pédagogie pour faire en sorte que tout se passe bien pour ceux qui sont là pour quelques jours.

 
Du jeudi 26 octobre au dimanche 29 octobre, 42 jeunes et adultes se sont ainsi rendus à ce lieu de pèlerinage. Etienne Letscher et le père Marc Kalinowski (doyen de zone pastorale de Haguenau) ont minutieusement préparé ce voyage. D’autres adultes ont accompagné le groupe : Liliane Duclos, coopératrice dans le secteur de Mertzwiller, Cyril Renay coopérateur pastoral et Anna de la paroisse de Bischwiller, Maud Meyer, autre coopératrice de la pastorale, le père Jean-Luc Caspar, curé de Lembach. Certains des adultes regrettent parfois que des paroisses de la zone pastorale ne soient pas toutes représentés. Jean Thomas, adjoint en pastorale scolaire, accompagnaient les lycéens du séminaire de jeunes de Walbourg.
Il avait réussi à motiver 13 lycéens et jeunes adultes, mais ce n’était pas joué d’avance. L’internat à Walbourg facilite la rencontre. « J’ai passé de nombreuses soirées pour expliquer aux jeunes combien un tel temps peut faire du bien et permet de construire de véritables liens de fraternité et de s’ouvrir à son intériorité. Quand j’arrive à inscrire deux ou trois jeunes, c’est généralement parti pour une belle équipe. La meilleure publicité, ce sont les jeunes qui la font entre eux. La belle surprise cette année, c’était Lucie et Fanny, 24 ans, deux anciennes élèves, l’une venant de terminer ses études et l’autre jeune institutrice, qui spontanément ont voulu refaire ce pèlerinage déjà vécu au lycée.»

Pour Lucie et Fanny, le message paisible de l’Evangile pousse à revenir. Dans la lettre de Taizé, Frère Aloïse rappelle aux jeunes que malgré les faits d’actualité qui sont parfois terribles, il faut garder l’espérance. « L'hospitalité, est importante à tous les niveaux. Des français, des européens croient que nous ne pouvons pas de accueillir tous les étrangers. Ils ont peur. Il serait illusoire de croire que l'arrivée des réfugiés va cesser. Les européens auront beau ériger des murs. Cela n'empêchera pas des migrants de quitter leurs pays où ils vivent des choses horribles. Je vous invite tous à visiter des migrants étrangers et d’essayer de les connaître. De la fraternité pourra naître. À Taizé nous accueillons des migrants. Je ne cesse de leur Dire que Dieu les a envoyés. »


Ce message aussi est singulier. En revenant de Taizé, les jeunes ont peut-être découvert un regard d’espérance qui ouvre de nombreux chemins.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire