mardi 10 décembre 2013

Carnet de famille

temps de retraite pour  Dominique Kiefer


Vendredi 22 novembre, Mme Véronique Pointereau, au nom du Séminaire recevait de nombreuses personnalités pour fêter Dominique Kiefer et ses années de service de l’établissement. Mgr Christian Kratz, évêque auxiliaire, M. Patrick Wolff, président des Directeurs Diocésains au niveau national et directeur diocésain, M. le Chanoine François Geissler, M. le Chanoine Gérard Auer, ancien chef d’établissement et également différentes personnalités sportives dont M. Léonard Specht ont répondu à l’invitation.
(Vous trouverez également un album photos)




Patrick Wolff, ancien directeur du séminaire a retracé le parcours de Dominique Kiefer dans son allocution :
" … Il est important, certes, de rappeler ce que nous avons partagé et surtout ce que tu as donné au Séminaire de jeunes et donc à l'Enseignement catholique d'Alsace, mais ce qui est nécessaire, c'est de dire, de te dire MERCI !

Merci, d'abord, au jeune surveillant, pardon, maître d’internat que tu as été, il y a longtemps ... Rassure-toi, je ne rappellerai pas devant ce noble auditoire ce que tu as infligé à l’adolescent timide que j’étais à cette époque. Je me contenterai de te remercier de m’avoir empêché de devenir un « hooligan ». Plus sérieusement, en évoquant le surveillant que tu as été, je veux rendre hommage à tous ceux qui font ce métier difficile et qui n’est pas assez valorisé. Je sais que tu y es sensible ; nous avons souvent évoqué le rôle essentiel, sur le plan éducatif et pédagogique, de celles et ceux qui ne sont vraiment pas que des pions ! Surtout à l'internat.
Ensuite, tu as été préfet, tu l'es d'ailleurs resté. Le rôle du préfet est sans doute le plus emblématique au Séminaire de jeunes ; il exerce l'autorité, mais en proximité, en lien étroit avec les élèves, le personnel éducatif et de service, les enseignants et les parents. Merci Dominique, pour ce service inestimable rendu aux enfants, aux jeunes et aux familles. Merci à toi et, à travers toi, à toutes celles et ceux qui ont cette responsabilité à la fois écrasante et exaltante. Je vous exprime cette reconnaissance en tant qu'ancien directeur, mais aussi en tant que directeur diocésain. Je reste persuadé que l'internat est le lieu où l'Enseignement catholique remplit le mieux sa mission d'éducation, que c'est en quelque sorte la forme la plus accomplie de l'école catholique.
Tu es aussi, Dominique, un remarquable enseignant, dans la discipline qui est peut-être la plus sensible, car elle touche l'élève dans son rapport à son corps. Une discipline où on peut faire des dégâts, évidemment, mais qui permet surtout à l'élève d'atteindre son excellence. Les bons enseignants d'EPS ne sont pas les seuls, mais ils sont sans doute les premiers à avoir compris que l'important n'est pas de viser un illusoire "niveau  à atteindre", mais d'aider chaque élève à aller au bout de lui-même et à se dépasser. Ils ne prennent pas seulement en compte le point où ils veulent amener le jeune, mais aussi celui dont il part. Dans le langage des Assises de l'Enseignement catholique, ça s'appelle : « regarder l'élève comme une personne en devenir ».
Et puis ... tu étais aussi directeur-adjoint, pendant 25 ans et avec un certain nombre de directeurs ... C'est là, évidemment, que je te dois les remerciements les plus évidents et les plus vifs. Lorsque nous avons fêté mon départ du Séminaire en tant que chef d'établissement, j'ai déjà eu l'occasion de dire que, sans ton aide, je n'aurais pas été en mesure de faire la moitié de ce que nous avons fait. Je ne retire rien de ce que j'ai dit. Et je me souviens, parfois avec nostalgie, de notre complicité, qui n'était pas de la complaisance ; je me souviens de l'enthousiasme dans les projets, des satisfactions que nous avons partagées, des débats passionnés, des freins que tu actionnais parfois, quand il le fallait, ... je me souviens aussi des épreuves que nous avons traversées, certaines très cruelles ... Nous avons beaucoup partagé, beaucoup réfléchi, beaucoup travaillé, même rêvé ... ensemble. Nous nous sommes épaulés, supportés, mais plus souvent soutenus, comme il convient dans une équipe ! Pour tout cela, un immense merci !
Je voudrais, à cet endroit, remettre ma casquette de directeur diocésain et dire officiellement et avec force, combien notre institution et nos établissements sont redevables aux adjoints. Leur engagement est connu sur le plan de l'organisation, du fonctionnement de l'établissement, de la vie scolaire. Ils sont nécessairement polyvalents et d'un dévouement total. Leur positionnement est parfois délicat, collègues des enseignants, bien sûr, mais en parfaite loyauté avec le chef d'établissement. La DDEC n'a que rarement l'occasion de travailler avec eux, mais nous savons que ce sont souvent eux qui rendent possible l'engagement nécessaire des chefs d'établissement au niveau diocésain, voire national ... Dans ce domaine, Dominique, tu as été servi, si je puis dire, avec un chef d'établissement administrateur du SNCEEL, puis un autre assez vite délégué départemental, puis académique. Pour cela aussi, grand merci.
Il y aurait encore tellement d'anecdotes à raconter, tellement de projets à évoquer, des moments de joie et d'autres plus difficiles, les jeux olympiques, les forums des lycéens, des temps d'animation, des prérentrées, des journées pédagogiques, des kermesses, des voyages, avec la manécanterie notamment (avant même que je n'essaye de la diriger), mais aussi avec le personnel du Séminaire, ... Tout cela serait évidemment trop long, mais reste gravé dans nos cœurs.
Je n'ai pas évoqué l'ami, car je me dis que l'amitié ne part pas à la retraite ... et il y aura d'autres occasions pour lui faire honneur. Par contre, je tiens à exprimer ce soir ma reconnaissance et mon admiration à celle qui a permis l'engagement de Dominique, en le soutenant et en l'accompagnant au quotidien. Grand merci, Nicole ! 
Il me reste à vous souhaiter, à tous les deux, plein épanouissement dans votre "nouvelle" vie. J'entends bien, Dominique, que, dans un premier temps, tu veux profiter pleinement de tes vacances prolongées, mais souviens-toi que, si ta passion pour le basket et tes autres engagements te laissent un peu de loisir, l'Enseignement catholique propose aux jeunes retraités des occasions de poursuivre leur engagement au service des jeunes, différemment.

Pour terminer, permets-moi de te remercier solennellement et de te féliciter pour cette longue et belle carrière au service du Séminaire de jeunes. Permets-moi aussi de me faire le porte-parole de tes élèves et de tes collègues, anciens et récents, qui t'expriment leur reconnaissance pour tout ce que tu leur as donné et leur admiration pour la tâche accomplie avec dévouement et talent. Bravo, merci et longue vie au jeune retraité !"

Voir aussi les nouveautés au séminaire

1 commentaire:

  1. J’imagine qu’il y eut de beaux discours, une belle fête, de l’émotion et de magnifiques témoignages de reconnaissance. Je voudrais y ajouter le mien, pour 5 ans de collaboration, à un moment difficile pour le séminaire où il fallait restaurer la confiance, renouer le dialogue, rassurer les uns et les autres et continuer de construire pédagogiquement, ériger architecturalement, dynamiser humainement, redonner de l’élan dans l’enthousiasme. Tout cela s’est fait, grâce à toi, Dominique, et grâce à cette formidable équipe pédagogique du séminaire. Le séminaire a été ta vie, toi tu n’oublieras pas. Je te souhaite beaucoup de projets pour la suite. Tous mes vœux ainsi qu’à tes proches.
    Michel WItasse

    RépondreSupprimer