dimanche 7 octobre 2018

Mgr Ravel en Alsace du Nord (3/3)

Rencontre avec les coopérateurs pastoraux  et messe de clôture

Mgr Ravel a rencontré les coopérateur pastoraux après les laudes le lundi 1er octobre. La matinée s'est ensuite poursuivie par une messe fréquentée par de nombreux paroissiens de la zone de Wissembourg. La matinée s'est terminée avec la rencontre des prêtres.
Voir les autres articles de la visite pastorale

Temps et espace…
Dieu a choisi de travailler avec des hommes incarnés. Les hommes n’ont que 24 heures par jour et que 2 bras... Il faut qu’on arrête de se croire superpuissant. La puissance de l’Evangile s’approprie de nos limites. Pour cette puissance de l’Evangile nous avons une grande conversion à faire. Nous ne sommes pas pélagien. (Au VIèmesiècle, Pélage, un ascète breton, insiste sur le libre arbitre de l’homme). Nous ne pouvons pas tout faire par nous-même. 
 
Il y a 50 ans, on était tellement nombreux, que notre pastorale pouvait aller dans tous les sens. Mais la question du temps est très ancienne. Dans la lecture de dimanche dernier, nous entendions combien Moïse était débordé. Il a finalement écouté son beau-père Jétro, qui lui apprend la délégation et la subsidiarité…
La question du temps est aussi une question actuelle.
Au temps où nous avons décidé de gérer l’espace, le temps nous a échappé… A nous de redonner la primauté au temps… Nous raisonnons toujours en terme d’espace… Comment allons-nous faire avec la zone pastorale de Wissembourg, comment allons-nous faire avec telle ou telle communauté de paroisses qui a tant de clochers… 
Durant les prochaines années nous avons à travailler, à réfléchir en donnant la priorité au temps plus qu’à l’espace.
(cf Philippe Capelle-Dumont – Philosophe français, spécialiste de phénoménologie,  de métaphysique et de théologie – Président de l’Académie Catholique de France)
La question du manque de temps bloque aujourd’hui l’évangélisation.
La question du temps suppose de dégager des priorités (intelligence, discernement) et d’être capable de tenir les priorités.
Malgré ce temps qui file, il nous faut trouver la sérénité, celle qui nous permet de prendre du recul. C’est le fruit d’une longue maturation.
Posons-nous la question de la vie spirituelle pour nous ressourcer.

Messe de clôture
Ma crosse n’est pas un baguette magique
A Wissembourg durant la messe de clôture de la visite pastorale de la Zone de Wissembourg, Mgr Ravel disait : « après avoir écumé l’Alsace du Nord, nous avons pu ouvrir nos coeurs et partager. … Mais, ma crosse n’est pas une baguette magique. Les routes de l’Evangélisation sont ouvertes. Jésus cueillait déjà, il y a 2000 ans, les gens qui n’avaient pas le temps, qui comptaient leur argent, qui comptaient leurs poissons. Disons-nous bien, Jésus n’est pas moins actif aujourd’hui. Pour l’Evangile, il n’y a pas de date de péremption. Il nous faut ouvrir des chemins pour que les jeunes trouvent le contact direct avec Jésus-Christ. Le Pape nous y invite, pour cela, rentrons tous dans un chemin de conversion. »

Nous sommes invités à la sérénité. Le psaume 130 nous y fait goûter. « Sur cette terre, nous ne pouvons pas vivre la sérénité sans tremblement. Notre empathie, notre compassion pour les hommes nous y empêchent. »

Aucun commentaire:

Publier un commentaire